Le pruneau d'Agen

De la prune au pruneau

Un peu d'histoire

La prune d'ente introduite en France au temps des croisades appelée alors "prune datte", séchée à l'air libre dans le monastère de Clairac près d'Agen.

Elle bénéficie maintenant d'une appellation d’origine protégée (IGP). C'est la seule qui peut devenir pruneau. 

Il faut savoir qu'on ne transforme que les prunes tombées et qu'on ne les cueillent pas. Depuis toujours la prune était ramassée à la main, de mi-août à début septembre selon la météo, depuis plusieurs années la mécanisation est passée par là. Plusieurs techniques sont employées, soit les parapluies qui entourent l'arbre, secouent l'arbre, quand le parapluie se referme la récolte tombe dans la remorque. Soit des bâches  sont déroulées au sol et les prunes sont aspirées dans la remorque au bout du rang. 

Début du processus

Les prunes arrivent dans la remorque sur le lieu de séchage, elles sont déversées sur des tapis roulants, elles tombent alors dans des cuves de lavage et repartent sur un tapis montant débarrassées des débris de branches et de feuilles. Mais à l'arrivée des petites mains peaufinent le travail pour ôter les feuilles qui auraient pu rester collées. Elles sont alors disposées dans des claies les unes au dessus des autres et rangées sur des chariots prêts à aller au four pour la cuisson.

Fin de l'histoire

Ces grands chariots sont alors mis sur des rails et poussés dans des fours où ils vont cuire pendant deux heures. Puis ils sortiront de l'autre côté, ils seront remplacés par d'autres chariots et cela 5 fois de suite avec un temps de refroidissement entre chaque cuisson. Après ces cinq cuissons la prune est complètement déshydratée, elle est alors versée dans des palox et  stockés pour ensuite prendre le chemin de la société qui se charge de l'emballage et de la distribution.


Je remercie les Pruniculteurs de Monteton, Auneau, Guern, Farezin et Michelon, qui ont contribué aux photos qui illustrent ce blog.

Écrire commentaire

Commentaires : 0